Les nouveaux facteurs SEO

Publié le 14 novembre 2011 par Delphine Dietrich 9 commentaires »

L’algorithme de Google évolue, sa manière de présenter les résultats aussi… il est donc normal que les facteurs SEO évoluent également.

Les facteurs tels que l’optimisation du contenu, des balises méta et des backlinks restent bien sûr d’actualité. On note plutôt une augmentation du nombre de facteurs SEO, ainsi que leur diversification. Il y a donc du pain sur la planche !

Vers une recherche universelle

Une page de résultats diversifiéeGoogle a diversifié les résultats présents sur les moteurs de recherche. Plutôt que de présenter 10 pages web, en fonction des recherches, les pages de résultats proposent dorénavant des images, des vidéos, des cartes, des listes de produits etc. Parmi les pages web, Google essaye également de varier les types de sites : définition de l’expression recherchée, blog, e-commerce… Il y a donc plusieurs moyens d’atteindre sa cible et si certains sont à votre portée, n’hésitez pas à diversifier vos types de contenu pour multiplier vos chances de remonter sur la première page.

Les média sociaux

Les médias sociaux et la SEO étaient des sphères séparées jusqu’à la déclaration de Matt Cutts en décembre 2010, où il annonce que le moteur de recherche prend en compte les liens Facebook et Twitter. A l’époque, il s’agissait surtout de la recherche en temps réel, qui a été arrêtée en juillet 2011. Mais Matt Cutts indique qu’il est question d’élargir l’influence à la recherche classique et confirme cela dans une vidéo en février 2011. Nous savons maintenant que la présence sur les réseaux sociaux peut aider au référencement naturel.

Liens nofollow sur FacebookLes liens présents sur les pages Facebook ou Twitter étant en nofollow, on peut se demander comment Google peut prendre en compte le contenu publié sur ces médias. Google a semble-t-il créé de nouveaux critères adaptés.

  • Premièrement, il prendrait en compte les liens nofollow sous condition de répétition et en tenant compte de l’autorité des auteurs. Attention pour facebook, on ne peut compter que sur les pages publiques, et donc pas sur le mur des utilisateurs qui en ont restreint l’accès à leurs amis par exemple.
  • Deuxièmement, Google peut prendre en compte d’autres éléments que les liens, et compter le nombre de "like" obtenus par une page.
  • Enfin, dans sa vidéo de mars 2011, Matt Cutts indique que les médias sociaux sont un bon moyen de diffuser le contenu et pose la question rhétorique suivante : Est-ce que cela peut influencer la SEO ? Et la réponse tant attendue n’est autre que : si cela amène 100 visiteurs, il se peut que certains d’entre eux fassent un article de blog ou un lien… Un lien partagé sur un mur Facebook ne vaut quelque chose pour la SEO que s’il est repris sur un autre support, public.

La vitesse de chargement

Google a annoncé en avril 2010 que l’algorithme prenait en compte la vitesse de chargement des pages. Dans sa vidéo de mars 2011 qui répond en trois points à la question "Quelle serait votre stratégie SEO en 2011 ?", Matt Cutts choisi l’optimisation du temps de chargement des pages comme point n°1, sans pour autant cacher que cela pèse faiblement dans l’algorithme. Bref, toujours pas de recette magique… mais on ne peut pas contredire Google quant à l’utilité pour l’utilisateur.

Le web sémantique

Enfin, une dernière information, Google prend en compte ce qu’il appelle en français les extraits enrichis (Rich Snippets en anglais) : microdonnées, microformats et RDFa. Pour avoir été contactée par Google (dans le cadre de mon travail, pas de mon blog :) ), je peux même dire que Google pousse à l’utilisation de ces balises HTML, et dit effectuer des tests, sur les pages de résultats mais également sur les cartes de Google Maps.

Il s’agit de taguer du contenu spécifique pour indiquer à Google de quel type de données il s’agit, et Google réutilise ensuite l’info pour les présenter sur ses pages de résultats. Et si on ne sait pas si ça influence le positionnement, il reste que cela met en avant le résultat sur la page en le différenciant des autres et donne des informations pertinentes à l’internaute qui a donc plus de chances de cliquer.

Rich Snippets Recette
Rich Snippets Evénement

Google indique qu’il prend actuellement en charge les extraits enrichis pour les avis, les profils personnels, les produits, les fiches d’entreprise, les recettes et les événements. Je rajouterai à cette liste les fils d’Ariane. Il est en effet possible de tagguer son fil d’Ariane de sorte à ce que Google le reconnaisse en tant que tel. Il s’affichera alors sous le titre de la page, à la place de l’url.

Fil d'Ariane optimisé

Articles liés
Publicité

9 commentaires

  1. La fraîcheur du contenu a fait l’actu de la semaine dernière. Google enfonce encore le clou sur le rédactionnel et donne un coup de pouce à ceux qui produisent du contenu.

  2. @C.BENOIT / Tyseo: Je ne sais pas trop comment ils vont départager les contenus où l’ancienneté ou au contraire la fraicheur doit peser dans la balance !

  3. Petit récapitulatif intéressant même si rien de nouveau. La partie sur le Web Sémantique est encore trop négligé et pourtant elle peut apporter pas mal de trafic supplémentaire si bien implémenter. Par contre Google a récemment avoué qu’il fallait faire partie d’une white list pour que les rich snippets s’affichent sur google.

  4. Fred dit :

    Si effectivement le web sémantique permet de gagner quelques places dans les moteurs de recherche, cela donnera enfin un coup de pouces aux « petits » sites qui peuvent se permettre des modifications à la volée plutot qu’aux gros, passant par des agences web, avec de lourdes modifs et de lourds devis.

  5. L.Jee dit :

    Il est vrai qu’une page mise en avant via le nombre d’avis, un fil d’Ariane repris etc. c’est un bel avantage face à la concurrence et tout autant de portes d’entrées plus pertinente pour le visiteur si besoin.

  6. Article agréable à lire ! Merci

  7. @forfait iphone: Ah bon, je ne savais pas pour la white list. Je comprends mieux pourquoi certains galèrent un peu. Merci pour l’info.

  8. Je pense aussi que pas mal de webmasters sous estiment l’importance du trafic que peut leur apporter la recherche universelle de Google. Incroyable ce qu’une recherche d’image peut apporter comme visiteurs par exemple ! Quant à la vitesse de chargement des pages, je reste partagé. Suffit de voir les gros sites plein d’ajax et de javascript ou encore de flash, comme ceux de TF1 ou M6… Quoique leur notoriété peut éviter qu’ils soient déclassés !

  9. On pourrait aussi ajouter au chapitre du sémantique, au delà des fils d’Ariane, les tableaux ; ils vont enfin reprendre leur vengeance face aux divs en montrant que eux, ils structurent un contenu ! :)